Texas Instruments, 1979
Texas Instrument TI99/4
Le Micro-ordinateur

Les jeux marquants

Robotron 2084, Pacman, Burgertime, Choplifter, Parsec

L'essentiel
Pavé Info
Année de sortie 1979
Fabricant Texas Instruments
Support Cartouches/Cassettes
Unités vendues 2,8 Millions
Prix 1150$ / 4750 FRF
Fiche Technique
Processeur TMS9900 16 bits à 3 MHz
Mémoire (vidéo) 16 jusqu'à 48 Ko (RAM) / 26 Ko (ROM)
Graphisme 192 X 256 en 16 couleurs
Son 3 voix sur 5 octaves
L'Histoire
Lancé en 1979, le TI99/4 est un ordinateur que l'on doit à Texas Instrument, l'un des principaux concurrents de la société Intel spécialisé dans le développement de composants électroniques.

Déjà bien connu du grand public pour ses machines à calculer qu'elle distribue au milieu des années 70, Texas Instrument est présente dès les origines de l'informatique moderne avec ses circuits électroniques qu'elle vend à ses clients pour la fabrication de calculettes de poche et de consoles de jeux à partir de 1971 [1]. En 1975, Texas Instrument réalise le premier micro-processeur 16 bits très en avance sur son temps et sur la concurrence. Malheureusement, la demande reste faible comparée aux processeurs 8 bits qui sont meilleur marché à l'époque. Néanmoins, le groupe a l'avantage de réaliser ses propres composants, celui-ci décide donc de se lancer dans l'aventure informatique face à Commodore et Apple qui sont déjà présents avec leur CBM PET et l'Apple II. Lancé en juin 1979 aux Etats-Unis, le TI99/4 devient donc le premier ordinateur grand public à proposer un processeur 16 bits. Vendu à 1150 $ avec un écran couleur de 13 pouces, 16 Ko de mémoire vive (extensible à 48 Ko) et capable d'afficher 16 couleurs en même temps, l'ordinateur impressionne par ses capacités malgré un Basic relativement lent à l'époque. Deux ans plus tard, la machine est remplacée par le TI99/4a (que l'on connaît mieux chez nous puisque c'est la seule version qui a été distribuée en France) proposant un design légèrement revu, un nouveau chip graphique et un clavier mécanique de meilleur qualité, le tout à un prix plancher de 525 $.

Si les ventes sont très bonnes dès le lancement avec près de 35% de parts de marché, l'arrivée en 1981 du VIC-20 du constructeur Commodore fait de l'ombre au géant. Celui-ci doit alors se lancer dans une guerre féroce avec son concurrent de longue date (voir la biographie de Jack Tramiel) qui construit également ses composants depuis le rachat de MOS Technology. En 1982, l'acteur Bill Cosby est alors appelé en renfort ; il est présent dans toutes les campagnes publicitaires pour relater les exploits du TI99/4a, en contrepartie d'un chèque d'un million de dollars par an. En face, on retrouve l'acteur William Shatner, commandant du vaisseau Enterprise dans la série Star Trek, qui prône les qualités du VIC-20. Une guerre médiatique surréaliste débute d'autant que Commodore sort la même année le C64 avec le succès qu'on lui connaît. Malgré la puissance de sa plateforme, Texas Instrument n'arrive plus à faire face à la concurrence imposée par Commodore et décide de vendre le TI99/4a à perte dès 1983 dans l'espoir de gagner des parts de marché. La même année, alors que le krach du secteur fait son apparition et touche l'ensemble des fabricants (aussi bien Atari que Mattel et Coleco), Texas Instrument annonce pour la première fois des pertes records de plusieurs centaines de millions de dollars. En 1984, le groupe ordonne l'arrêt de la production du TI99 alors qu'il détenait encore 20% de parts de marché. Toutes versions confondues, les TI99 se seront vendus à 2,8 millions d'exemplaires. Il s'agissait d'un ordinateur grand public au design accrocheur, puissant et qui proposait de bons jeux. Malheureusement, Texas Instrument a probablement sous estimé le rôle des éditeurs et des constructeurs tiers ce qui l'a empêché de proposer des accessoires bon marché. De plus, son Basic était moins performant que sur les autres machines vendues moins cher. Parmi les jeux sympas à retenir, les adaptations de Joust, Pacman, Dig-Dug, Pole Position, Robotron 2084 mais aussi un shoot'em'up moins connu, Parsec, qui utilisait le synthétiseur vocal très performant à l'époque (voir vidéo ci-dessus). Cela peut paraître désuet aujourd'hui mais en 1979, c'était une sacré performance.


[1] Il s'agit alors de processeurs 4 bits à l’époque.
Commentaires et anecdotes

Poster un nouveau commentaire



2 consoles au hasard
Neo-Geo Pocket SNK
Wii Nintendo