Commodore, 1981
Commodore VIC20
Le Micro-ordinateur

Les jeux marquants

Frogger, Pac-Man, The Pit

L'essentiel
Pavé Info
Année de sortie 1981
Fabricant Commodore
Support Cartouches/Cassettes
Unités vendues 2,5 Millions
Prix 300 $ / 2490 francs
Fiche Technique
Processeur MOS 6502 cadencé à 1.01 MHz
Mémoire (vidéo) 5 Ko de RAM, jusqu'à 64 Ko
Graphisme 167x92 en 8 couleurs
Son 3 voies
L'Histoire
Sorti en juin 1980, le VIC-20 est le tout premier ordinateur familial du constructeur Commodore. Vendu à un prix plancher de 300 $ à l'époque, ce sera le premier micro-ordinateur à dépasser la barre symbolique du million d'exemplaires vendus dès 1983. 

Déjà bien installé depuis plus de 25 ans dans le secteur des machines à écrire, puis des calculatrices, le constructeur canadien Commodore décide de se lancer dans la micro-informatique dès 1977 avec son PET/CBM. Son fondateur, Jack Tramiel, observe depuis quelques années déjà les réussites commerciales d'Atari et de Magnavox dans le secteur des jeux vidéo et ne compte pas se laisser dépasser sur ce nouveau marché. Sorti après l'Apple II, l'Atari 400 et de nombreuses consoles de jeux vidéo qui inondent le marché (Atari 2600, Pong, Odyssey), le VIC-20 se fixe comme objectif de devenir le chaînon manquant entre les jeux vidéo bon marché (mais aux capacités graphiques encore médiocres) et la micro-informatique, coûteuse, mais disposant d'une technologie plus avancée et proposant des logiciels ludo-éducatif. Pour ce faire, Commodore dispose d'une arme secrète : le constructeur réalise lui-même ses composants et possède un stock de micro-processeurs qu'il n'arrive pas à écouler, au départ prévu pour des consoles de jeux. L'occasion est donc idéale pour Jack Tramiel de demander à ses équipes d'ingénieurs de concevoir un ordinateur polyvalent spécialisé dans les jeux vidéo et dont le prix de lancement sera inférieur à 300 $. Installé au Japon depuis quelques années, le lancement de la machine débute ainsi sur l'archipel en juin 1980, probablement comme zone de test mais aussi pour contrecarrer les rumeurs d'un nouveau standard qui se crée sous le nom de MSX. Au Japon, la machine se nommera VIC-1001 tandis que Commodore inonde les Etats-unis l'année suivante avec une campagne de communication agressive mettant en scène l'acteur William Shatner, commandant du vaisseau Enterprise dans la série Star Trek, qui interpelle le spectateur devant sa télé en sloggant "Le VIC-20 est l'ordinateur du futur, pourquoi donc acheter un jeu vidéo quand celui-ci est disponible à moins de 295,95 $ ?

La guerre est féroce entre les constructeurs mais bénéficie finalement à Commodore qui vendra en trois ans plus d'ordinateurs que ses concurrents directs : Atari, Texas Instrument (avec son TI99/4A) ou Apple qui propose parfois des machines plus anciennes sur le marché. Dès 1983, Commodore affole les compteurs en dépassant pour la première fois de l'histoire de la micro-informatique le million d'exemplaires écoulés pour un ordinateur grand public. Ce succès est le résultat d'un marketing intelligent mais aussi d'un produit bon marché qui répond à la demande du public d'un appareil simple d'utilisation. D'ailleurs, le VIC-20 est livré avec une notice très complète qui explique les bases du Basic et de la programmation. Au niveau des composants, il est architecturé autour d'un MOS 6502 [1] fabriqué par une filiale appartenant au constructeur, souvent considéré comme l'un des meilleurs processeurs de l'époque au niveau rapport qualité/prix. Le VIC-20 dispose également d'un clavier mécanique plus solide que les claviers en gomme et de graphismes en 8 couleurs. En revanche, il est doté d'une mémoire vive très insuffisante de 5 Ko qui ne laisse que peu de place pour l'écriture de programmes en Basic. Il faudra donc systématiquement acheter de la mémoire supplémentaire et aussi se procurer un lecteur cassettes externe pour pouvoir jouer à l'intégralité des jeux. Du point de vue de sa ludothèque, ce sont plus de 200 titres sur cartouches et vraisemblablement le double au format cassette qui seront édités sur cette machine. Au cours de ses quatre années d'exploitation, les ventes du VIC-20 culmineront à 2,5 millions d'exemplaires. Commodore décidera d'arrêter sa production en 1985 pour laisser place à son nouveau entrée de gamme, le Commodore 64, l'ordinateur le plus vendu au monde. Mais cela c'est une autre histoire...


[1]  L'un des micro-processeurs les plus utilisés de l'époque puisqu'il se trouve également sur Apple II, Atari 2600 et Atari 400
Commentaires et anecdotes

Poster un nouveau commentaire



2 consoles au hasard
Game Cube Nintendo
Dingoo Dingoo Digital