Apple, 1984
Apple Macintosh
Le Micro-ordinateur

Les jeux marquants

Balance of Power, Dark Castle, Sim City

L'essentiel
Pavé Info
Année de sortie 1984
Fabricant Apple
Support Disquettes
Unités vendues 70 000 (mai 1984)
Prix 2495 $
Fiche Technique
Processeur Motorola 68000 cadencé à 8 MHz
Mémoire (vidéo) 128 Ko (RAM) / 64 Ko (ROM)
Graphisme 512x342, monochrome
Son 4 voix, 8 bits
L'Histoire
Le Macintosh est une gamme d'ordinateurs personnels conçus et commercialisés par la société Apple, apparus pour la première fois en janvier 1984 avec le Macintosh 128 K.

Il ne s'agit pas du premier ordinateur personnel du constructeur à la pomme puisque l'Apple II (1977) et l'Apple Lisa (1983) le précèdent de quelques années. En revanche, on peut dire qu'il s'agit de l'un des premiers ordinateurs grand public haut de gamme de par son architecture et "accessible" puisqu'il est vendu au tiers du prix du Lisa avec une suite logicielle, une souris et une interface graphique au lieu d'un interpréteur de commandes de type DOS. En fait, dès son origine, le Macintosh a toujours été imaginé dans l'idée de faciliter au maximum les tâches utilisateurs pour que n'importe qui puisse le faire fonctionner sans avoir de connaissances particulières en informatique (Fortran, Basic, Assembleur, etc.). Le concept général du Macintosh est attribué à Jef Raskin, un salarié d'Apple qui travaillait sur le projet Lisa de Steve Jobs, mais qui réussit à convaincre sa direction dès 1978 de monter un pôle d'ingénieurs dédiés à la conception d'un ordinateur coûtant moins de 1000 $ où tout serait intégré dans sa version de base : matériels, mémoire vive, logiciels, imprimante, etc. L'objectif avoué étant de concevoir une machine propriétaire et non évolutive comme le proposait IBM avec sa gamme de PC. Raskin travaille sur le Macintosh jusqu'en 1980 avant d'être finalement rejoint par Steve Jobs qui s'est fait évincer du projet Lisa à cause de son mauvais caractère. Les deux hommes se partagent les branches matérielles et logicielles de sa conception mais ne s'entendent pas poussant ainsi Raskin à démissionner en 1982. Celui-ci laisse carte blanche à son homologue qui impose alors à ses équipes de nouvelles directives : souris en standard, interface utilisateur reprise du Lisa et aucun ventilateur à l'intérieur du boitier pour en faire un objet silencieux (qui plantera souvent malgré tout). Seul l'appellation Macintosh, du nom de la variété de pomme préférée de Raskin, perdure. Le nouvel ordinateur d'Apple est annoncé en grande pompe par une campagne d'envergure fin 1983 avec une publicité de 20 pages dans différents magazines spécialisés ! Le spot-tv est diffusé pour la première fois à la télévision deux jours avant la sortie de la machine lors du Superbowl du 22 janvier 1984. D'une durée d'une minute, réalisé par Ridley Scott pour un budget estimé à 1,5 million de dollars à l'époque, celui-ci fait l'effet d'une bombe médiatique en reprenant l'univers du best-seller "1984" de George Orwell. Bien sûr, IBM et ses PC compatibles y jouent le rôle du méchant Big-Brother tandis qu'Apple et son Macintosh incarnent la révolution du peuple. (voir vidéo ci-dessus)

Si le Macintosh représente effectivement une révolution en terme de positionnement et de vision futuriste à l'époque, il n'est pour autant pas dénué de défauts. Architecturé autour d'un excellent processeur, le Motorola 68000 cadencé à 8 MHz plus puissant que celui du Lisa, le Macintosh dispose en revanche d'une mémoire vive rachitique de 128 Ko que l'on ne peut pas augmenter et d'un lecteur disquette simple face de 400 Ko auquel on ne peut pas adjoindre de disque dur. Résultats : un ordinateur extrêmement lent pour fairer tourner le système d'exploitation et la suite logicielle qui inclut Mac Paint (ancêtre de Photoshop), Mac Write (logiciel de traitement de texte) et Mac Draw (ancêtre d'Illustrator). Le clavier mécanique, même s'il est de bonne conception, ne propose pas assez de touches et n'a aucun volet numérique dans sa version standard. L'écran de 9 pouces, obligatoire puisqu'il intègre tous les composants, est monochrome. Bref, si les ventes sont appréciables lors des premiers mois d'exploitation, elles ne sont en rien comparables à ce que l'on peut voir chez la concurrence : Commodore 64 en tête, Amstrad CPC, Atari 520 ST et Amiga qui proposent quant à eux des jeux vidéo en couleurs de grande qualité et la possibilité de s'initier à la programmation informatique. Tous ces petits défauts seront corrigés par la suite avec les moutures successives : l'apparition du 512 Ko quelques mois seulement après la sortie du Macintosh mais surtout des gammes Macintosh Plus, SE et Classic qui ajouteront à chaque fois de la mémoire vive ainsi qu'un disque dur externe et un écran en couleur. Les ventes du Macintosh connaîtront même un regain d'intérêt à la sortie de Multiplan de Microsoft (ancêtre d'Excel) et surtout du logiciel Pagemaker et d'une imprimante laser en 1986 qui combleront le secteur de l'édition et de la programmation assisté par ordinateur (PAO) qui fait son apparition. De plus, le Macintosh est l'un des premiers ordinateurs à se passer de lignes de commandes complexes pour proposer une interface graphique munies d'icônes (programmes, corbeilles, outils, etc.) reprises par un certain Bill Gates pour son MS-Dos quelques années plus tard  (prochain Windows 3.0). Souvent considéré comme le diable par les adorateurs d'Apple, ce dernier apparait pourtant bel et bien dans les publicités d'époque en affirmant que le Macintosh est un ordinateur formidable... Notons enfin qu'à l'intérieur du boitier des premiers Macintosh se trouvent l'ensemble des signatures moulées de l'équipe ayant participé à la conception de la machine dont celles de Steve Jobs, de Jef Raskin et de Steve Wozniak.

Commentaires et anecdotes

Poster un nouveau commentaire



2 consoles au hasard
Game Gear Sega
Wii U Nintendo