Acorn, 1981
Acorn BBC B
Le Micro-ordinateur

Les jeux marquants

Tempest, Elite, Lode Runner, Overdrive, Barbarian, Killer Gorilla

L'essentiel
Pavé Info
Année de sortie 1981
Fabricant Acorn
Support Cassettes/Disquettes
Unités vendues 1,5 Million
Prix 399 £
Fiche Technique
Processeur MOS 6502A cadencé à 2 MHz
Mémoire (vidéo) 32 Ko (RAM)
Graphisme 256 x 160, 16 couleurs
Son 3 canaux, 8 octaves
L'Histoire
L'Acorn BBC est un ordinateur lancé en Angleterre fin 1981 qui sera produit sous différentes formes jusqu'en 1994. Presque inconnu en France, où les ordinateurs de la marque Thomson régnent en maître, il est surtout réputé pour avoir été supporté par la chaîne BBC et le gouvernement britannique dans un vaste plan d'informatisation du pays. 

Fondée en 1978 par Hermann Hauser et Chris Curry, Acorn est une société britannique spécialisée dans la vente de composants électroniques et de micro-ordinateurs en kit qu'elle distribuait directement aux clients grâce à des publicités passées dans des magazines spécialisés. En 1979, Acorn réalise un premier prototype d'ordinateur semblable au MK14 de la société Sinclair, sur lequel Chris Curry avait déjà travaillé puisqu'il a été débauché par Hermann Hauser durant sa conception. En 1980, l'entreprise se lance dans le développement d'une machine plus sophistiquée qu'elle baptise Atom. La plateforme est architecturée autour d'un processeur 8 bits très courant, le MOS 6502, et elle est proposée en deux versions : en kit à monter soi-même au prix de 120 £ (soit 180 €) ou assemblée à 170 £ (255 €). Sans être comparable aux ventes du ZX80 lancé par Sinclair en janvier 1980, l'Atom connaît malgré tout un succès d'estime et possède déjà toutes les caractéristiques d'un ordinateur conçu dès le départ pour un usage professionnel car il est possible de le monter en réseau ! Surtout, cela permet à l'entreprise d'emprunter aux banques des sommes plus importantes pour travailler sur un prototype encore plus performant. À la même période, le premier groupe de médias britannique, la BBC, s'intéresse de plus en plus à la micro-informatique et passe un appel d'offre pour la conception d'un nouvel ordinateur suite à la diffusion d'un documentaire sur sa chaîne, The Mighty Micro. Dans ce film choc, l'informatique grand public est présentée comme une révolution et de nombreux parlementaires britanniques interviennent pour appuyer cette analyse. L'ordinateur souhaité doit répondre à des spécificités techniques très précises imposées par la BBC. Pour une diffusion sur son antenne, et donc une promotion gratuite, celui-ci doit être à l'aise aussi bien dans les secteurs de la programmation que de la musique, des graphismes ou de l'intelligence artificielle. Flairant le marché considérable qui se présente à eux, de nombreux constructeurs britanniques répondent à la proposition faite par la BBC : Sinclair Research (déjà présent sur le marché avec ses ZX80) mais également Dragon, Newbury Laboratories et Acorn. Aidé par des universitaires, Chris Curry travaille jours et nuits pour améliorer l'Atom et répondre aux exigences formulées par le prestigieux diffuseur. Le résultat est un ordinateur appelé Proton, finalisé seulement quelques jours avant la présentation à Londres et qui dépasse toutes les espérances. Pourtant garanti à Clive Sinclair, le juteux contrat lui file sous les mains au dernier moment pour être finalement décroché par la société Acorn. La BBC renomme le Proton en Acorn BBC et tient sa promesse en présentant la machine dans une série d'émissions qu'elle diffuse en Angleterre et aux Etats-Unis sous le nom de The Computer Programme à partir de janvier 1982.

Profitant du plan de communication réalisé par son partenaire, Acorn lance son micro-ordinateur en fin d'année 1981 sous deux versions. Plus questions de kit cette fois-ci, l'Acorn BBC est proposé sous deux modèles 'A' et 'B' qui se différencient essentiellement par la mémoire vive disponible, 16 ou 32 Ko qui permettent de réaliser des programmes complets. L'ensemble est présenté dans un boîtier robuste avec un clavier mécanique d'excellente qualité (contrairement aux ordinateurs de Sinclair et de Thomson par exemple) et avec un processeur 8 bits plus performant, le MOS 6502A. La plateforme impressionne également par son Basic très évolué, qui n'est pas réalisé par Microsoft cette fois-ci, et qui propose de nombreuses instructions non disponibles sur les machines concurrentes. Les deux modèles sont lancés dans un premier temps à 225 £ et 325 £ pour finalement voir leur prix revu à la hausse à 299 £ et 399 £. Cela est plus élevé que les ordinateurs concurrents de l'époque, Commodore 64 et surtout ZX Spectrum (la réponse de Clive Sinclair à l'affront qu'il ne pourra jamais digérer) mais cela n'empêche pas l'Acorn de se vendre très bien. Au total, sur les 12 000 modèles prévus à l'origine, ce seront finalement 1,5 million d'exemplaires qui trouveront acquéreurs, toutes versions confondues, jusqu'en 1994. Il faut dire qu'à la suite de la diffusion de la série de dix épisodes sur la BBC, le gouvernement britannique lance un vaste programme d'informatisation de ses écoles, collèges et universités ; l'équivalent du plan informatique pour tous en France qui aura lieu en 1985. Sans surprise, l'Acorn est plébiscité comme la meilleure alternative du moment avec ses nombreuses possibilités d'extension et sa faculté de monter des réseaux allant jusqu'à 255 machines. À partir de 1983, Acorn détient 85% du marché universitaire en Grande-Bretagne et les profits qui se dressaient alors à 3000 £ en 1979 atteignent désormais 8,6 millions £ en juillet 1983. Chris Curry et Hermann Hauser sont alors au sommet de leur gloire mais, contre toute attente, cela ne va pas durer éternellement.

À la fin 1983, Acorn décide de sortir une version bas de gamme de son ordinateur, le BBC Electron, afin de concurrencer le ZX Spectrum sur le marché des ordinateurs grand public spécialisé dans les jeux vidéo. Aidé par une campagne marketing de grande envergure, les précommandes s'envolent pour atteindre rapidement le chiffre astronomique de 300 000 ventes. Malheureusement, le fournisseur malaisien d'un composant de l'Electron ne peut répondre à cette demande démesurée dans les temps impartis et seulement 30 000 unités seront produites. Au même moment, Acorn passe complètement à côté des fêtes de Noël au profit de Commodore et Sinclair qui bénéficient largement de cette campagne marketing à moindre frais en proposant une alternative bon marché aux parents qui se tournent logiquement vers d'autres machines (ZX Spectrum, C64 et Oric-1). Arrivant finalement à honorer ses précommandes en début d'année 1985, Acorn se trouve subitement avec 250 000 plateformes en trop qu'il doit désormais stocker dans des entrepôts en espérant une nouvelle vague d'achat, mais il est déjà trop tard. De plus, la Recherche et t développement du groupe sur des ordinateurs de nouvelle génération et l'exportation de son matériel aux Etats-Unis, où ses ordinateurs ne se vendent pas sur un territioire ultra-concurrentiel, conduise l'entreprise à des pertes colossales. En février 1985, le constructeur italien Olivetti rachète 49,3% d'Acorn puis participe à hauteur de 80% de la société dès le mois de septembre afin d'éponger ses lourdes dettes. En 1986, Acorn lance des versions améliorées de ses BBC en version '+' et 'Master' qui se vendent à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires, essentiellement dans les universités et les écoles qui représentent toujours son secteur de prédilection. Entre autres choses, ces machines proposent plus de mémoire vive, un Basic plus performant, des graphismes améliorés et la possibilité d'adjoindre un lecteur de disquette 3,5" pour la sauvegarde de données. Finalement, en 1987, le constructeur britannique sort un ordinateur 32 bits aux capacités extraordinaires basé sur une architecture RISC qu'il a développée lui-même capable d'afficher 4096 couleurs simultanément appelé Archimedes (et qui sera utilisée beaucoup plus tard sur des plateformes portables). Bien qu'il s'agisse de l'ordinateur le plus puissant de sa génération, son prix excessif, près de 1500 €, et son positionnement haut de gamme ne lui permettront  pas de faire face à la déferlante d'Atari et de Commodore avec leurs Atari ST et Amiga qui proposent une ludothèque plus variée et bon marché (si l'on considère la copie illégale de disquettes très en vogue à l'époque). Au cours des années 90, la société Acorn continuera de distribuer et de vendre sa technologie RISC mais déposera le bilan quelques années plus tard en septembre 1999.

Un documentaire intitulé Micro Men, produit et diffusé par la BBC en 2009, raconte l'épopée de la société Acorn et de la rivalité qu'elle entretenait avec son concurrent Sinclair Research (voir vidéo ci-dessus). Les ordinateurs de la gamme BBC ont également été utilisés, avec leur séquenceur, par de nombreux groupes de musiques prestigieux parmi lesquels : A-Ha, Depeche Mode, Queen ou Steel Pulse. De plus, de nombreux jeunes informaticiens britanniques ont commencé à développer sur ces plateformes. Parmi cette longue liste, on peut citer le créateur de Wing Commander sur PC, Chris Roberts, ou celui de Shadow of the Beast, Martin Edmondson, fondateur du studio Reflections Interactive qui appartient désormais à Ubisoft et à qui l'on doit également Destruction Derby et Driver. Au final, les ordinateurs d'Acorn sont un bel exemple de réussite Outre-Manche qui ont malheureusement été eclipsés en France par le quasi monopole des Thomson MO5, TO7 mais aussi des Amstrad CPC (un autre constructeur britannique) au milieu des années 80.

Commentaires et anecdotes

Poster un nouveau commentaire



2 consoles au hasard
Game Boy Micro Nintendo
FM Towns Marty Fujitsu