USA, Président
Jack Tramiel
La personnalité

Né le 13 Décembre 1928 - PDG Commodore (1954-1984)

Ses jeux marquants

Pas de jeux marquants en tant que développeur mais à l'origine des PET2001, Commodore VIC-20, Commodore 64, Atari ST 

L'Histoire
Jack Tramiel est un entrepreneur américain d'origine polonaise, fondateur de la société Commodore et qui a également dirigé la société Atari de 1984 à 1995.

Né en 1928 dans la ville de Lodz en Pologne, Jack Tramiel a connu une enfance particulièrement douloureuse. Rare rescapé des camps d'Auschwitz durant la seconde guerre mondiale, il est libéré par les américains en 1945 et décide finalement d'immigrer aux États-Unis en 1947 où il apprend l'anglais dans la rue et rejoint l'armée pendant quatre ans. Au sein de l'armée, il répare des machines et fonde Commodore Portable Typewriter en 1954, une société spécialisée dans la vente et la réparation de machines à écrire tout en occupant un métier de chauffeur de taxi à New-York. Les affaires tournent bien et Tramiel décide de déménager à Toronto au Canada pour importer du matériel du constructeur Olivetti avant de se lancer dans la production et de subir la concurrence japonaise au début des années 60. Il organise un voyage au Japon à la fin des années 60 et comprend que son futur passe par le développement de calculatrices, le summum de l'électronique à l'époque. Avec l'aide de son entreprise renommée Commodore Business Machines, côtée en Bourse depuis 1962, il est le premier entrepreneur à réaliser des machines à calculer portables (la CBM 108) qu'il distribue sur le sol américain au début des années 70. C'est un énorme succès. Malheureusement, Commodore doit rapidement faire face à son fournisseur de puces électroniques, Texas Instrument, qui décide dès 1975 de construire ses propres machines à calculer à moindre frais. L'entreprise subit alors d'énormes pertes et Jack Tramiel décide de racheter MOS Technology, une société spécialisée en électronique dont l'un des ingénieurs, Chuck Peddle, est à l'origine du processeur MOS 6502 [1].
 
Avec ce nouveau processeur réalisé en interne, Tramiel réduit de façon drastique ses coûts de production et se laisse convaincre d'attaquer un nouveau marché florissant, celui de la micro-informatique. Aidé par les conseils de Chuck Peddle, Commodore lance en 1977 le PET 2001, l'un des plus importants succès de l'époque présent dans plus de 60% des écoles américaines, avant de commercialiser le Commodore VIC-20 pour le grand public. Pourtant, aucun de ces modèles ne surpassera les ventes du Commodore 64, un ordinateur personnel écoulé à plus de 22 millions d'exemplaires jusqu'à l'arrivée des PC compatibles ! Dès 1984, Commodore dépasse le milliard d'euros de chiffre d'affaires. Pourtant l'année est entâchée par un départ tonitruant, celui de son fondateur qui n'arrive plus à s'entendre avec ses actionnaires dénonçant une politique de prix trop agressive au regard du profit. En juillet 1984, Jack Tramiel rachète son concurrent de toujours Atari, alors en grande difficulté pour la somme de 240 millions de dollars (dix fois supérieure au rachat d'Atari par la Warner en 1976). L'actionnaire principal place alors ses trois fils à la tête du constructeur, licencie des milliers de personnes, baisse le prix de l'ensemble des consoles et ordinateurs du groupe selon son adage "Business is War" ("le Business, c'est la guerre"). En 1985, il lance la gamme de micro-ordinateurs Atari ST qui connaîtra un très beau succès face aux Amiga de Commodore. Le clan Tramiel, comme on les surnomment en interne, poursuit sur sa lancée en sortant la Lynx en 1989, une console de jeux portable en couleurs de qualité mais qui ne pourra jamais faire face à la déferlante Gameboy de Nintendo sortie la même année et la console de salon Jaguar qui scèlera à tout jamais le sort du constructeur. En 1995, victime de pertes monstrueuses, Jack Tramiel vend finalement Atari à JTS non sans avoir une participation dans le groupe. Aujourd'hui, il profite de sa retraite avec sa femme rencontrée alors qu'il était tout jeune immigré polonais. Une succes-story à l'américaine digne des plus grands films hollywoodiens.


[1] L'un des micro-processeurs les plus utilisés de l'époque présent sur PET2001, VIC-20C64Apple IIAtari 400 mais aussi sur les consoles Atari 2600NES et NEC PC Engine sous des versions améliorées
 
Commentaires et anecdotes

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
2 créateurs au hasard
Takashi Tokita Square Enix
Tetsuya Mizuguchi Q Entertainment